Des maisons intelligentes pour les aînés (Ottawa Business Journal)

typewriter

Des maisons intelligentes pour les aînés (Ottawa Business Journal, 28 janvier 2010)

Grâce à un système de censeurs installés sur des appareils ménagers reliés à un ordinateur qui peut recenser le bien-être et l’état de santé des résidents, les aînés pourraient être en mesure de rester dans leur maison plus longtemps.

Cette initiative est issue d’un partenariat entre des chercheurs des soins continus Bruyère et d’autres de l’Université Carleton. À une époque où les enfants déménagent souvent loin de leurs parents, cette nouvelle technologie se veut un outil pour aider les aînés à vieillir à la maison et en toute sécurité, selon le Dr Frank Knoefel, président du programme de recherche TAFETA et vice-président, affaires médicales et chef, information et soutien cliniques, Soins continus Bruyère. «Les censeurs peuvent être intégrés dans les maisons des aînés et garder un œil sur eux et même prévenir l’hospitalisation», indique-t-il.

Le système est présentement à l’essai dans une résidence de logements communautaires pour personnes âgées d’Ottawa. Quelques résidents ont accepté de participer à l’initiative, dont André Dupras.

Un censeur a été installé sur son réfrigérateur et son congélateur. Lorsque la porte demeure ouverte trop longtemps, un message audio se fait entendre pour lui indiquer. Au bout d’un moment, le message est une fois de plus répété mais beaucoup plus fort.

Pour M. Dupras, qui vit seul depuis neuf ans, cette technologie le rassure. «Si vous n’ouvrez pas le réfrigérateur pour quelques jours, ils vont aussi savoir que quelque chose ne va pas.» À ce moment-là, une alarme peut être envoyée, que ce soit un appel à la personne de garde au complexe résidentiel, un appel à un membre de la famille ou même un appel au 911 si quelque chose d’anormal a été enregistré. «Pour les censeurs de lits par exemple, on peut voir quand la personne est allée se coucher, si sa respiration est normale. C’est beaucoup plus compliqué que pour la technologie du frigo», explique le co-président du programme de recherche TAFETA et doyen de la faculté de génie de l’Université Carleton, Rafik Goubran.

L’ordinateur est aussi en mesure d’analyser les situations au cas par cas. Si une personne a regardé la télé jusqu’à 4h et est allée se coucher par la suite, le fait qu’elle n’ait pas ouvert le réfrigérateur avant midi est normal et aucune alarme n’est envoyée. «Si par conséquent la personne ne s’est pas levée, n’est pas allée aux toilettes et n’est pas sortie, un message à la personne en garde va être envoyé pour aller vérifier ce qui ne va pas», ajoute M. Goubran.

Des dizaines d’autres censeurs comme pour le four, la porte, le téléviseur et même le plancher ont été développés ou sont en voie de l’être et sont présentement à l’étape d’être testés. Les gens peuvent se procurer l’un ou l’autre des censeurs, spécifie M. Goubran. «C’est tout à fait volontaire», conclut-il.

Advertisement